Idée reçue : Les jeunes ne peuvent pas devenir alcooliques

Idée reçue : Les jeunes ne peuvent pas devenir alcooliques

L’idée reçue selon laquelle les jeunes ne peuvent pas devenir alcooliques est une conception erronée largement répandue, mais elle est contredite par des données et des études nationales.

Beaucoup de personnes pensent que l’alcool chez les jeunes n’implique qu’un côté festif sans avoir de conséquence sur la dépendance à l’alcool et que celle-ci arrive plus tard avec l’âge.

Voici quatre contre-exemples argumentés pour déconstruire cette croyance et sensibiliser à la réalité de l’alcoolisme chez les jeunes.

Jeune Alcool permis l Les jeunes ne peuvent pas devenir alcooliques l Alliance Laser

40% des jeunes âgés de 17 ans déclarent avoir déjà été ivres au moins une fois dans leur vie.

Tout d’abord, la prévalence de la consommation d’alcool chez les jeunes : Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la consommation d’alcool chez les jeunes est un problème répandu et préoccupant. Selon une enquête de Santé publique France, près de 40% des jeunes âgés de 17 ans déclarent avoir déjà été ivres au moins une fois dans leur vie. De plus, environ 15% des adolescents français âgés de 15 à 19 ans ont des comportements de consommation excessive d’alcool, ce qui les expose à un risque accru de développer une dépendance à l’alcool à un âge précoce. Il est important de rappeler qu’une dépendance à l’alcool va se créer avec une consommation récurrente qu’elle soit festive ou non et à tout âge.

 

Puis la vulnérabilité des jeunes à la dépendance : Les jeunes sont particulièrement vulnérables à la dépendance à l’alcool en raison de leur cerveau en développement et de leur propension à prendre des risques. Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), la consommation précoce et régulière d’alcool chez les jeunes peut altérer le développement du cerveau, entraînant des problèmes de mémoire, de concentration et de prise de décision. De plus, les jeunes qui commencent à boire avant l’âge de 15 ans ont près de cinq fois plus de chances de devenir dépendants à l’alcool que ceux qui attendent jusqu’à l’âge de 21 ans pour consommer.

L'alcool est la 1ère cause de décès chez les 15 à 29 ans

Concernant les conséquences de l’alcoolisme chez les jeunes : L’alcoolisme chez les jeunes peut avoir des conséquences dévastatrices sur leur santé physique, mentale et sociale. Selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation excessive d’alcool est la principale cause de décès chez les jeunes de 15 à 29 ans, principalement en raison d’accidents de la route, de suicides et de violences liées à l’alcool. De plus, l’alcoolisme chez les jeunes est associé à un risque accru de troubles mentaux, d’échec scolaire, de chômage et de problèmes familiaux.


Besoin de sensibilisation et de prévention : Il est essentiel de sensibiliser les jeunes, ainsi que leurs familles et leurs communautés, aux dangers de l’alcoolisme dès un âge précoce. Des programmes de prévention efficaces, tels que des campagnes d’information, des interventions scolaires et des initiatives de santé publique, peuvent aider à réduire la prévalence de la consommation d’alcool chez les jeunes et à prévenir le développement de l’alcoolisme. Il est également crucial d’offrir un soutien et des ressources aux jeunes qui luttent contre l’alcoolisme, y compris un accès à des services de traitement et de réadaptation spécialisés.


En conclusion, l’alcoolisme chez les jeunes est une réalité préoccupante qui nécessite une attention et des mesures de prévention urgentes. Malgré la croyance répandue selon laquelle les jeunes ne peuvent pas devenir alcooliques, les preuves scientifiques montrent le contraire. Il est donc essentiel de reconnaître et de traiter ce problème de santé publique de manière proactive afin de protéger la santé et le bien-être des jeunes générations. L’alcoolisme est une dépendance qui peut toucher tout le monde et à tout âge, peu importe le milieu social. La consommation d’alcool chez les jeunes peut être considérée comme une pratique récréative et festive qui disparaît en avançant dans l’âge mais elle peut être le reflet des prémices d’un alcoolisme sévère qui peut commencer dès les premières consommations d’alcool.

PRENDRE RDV POUR ARRÊTER L'ALCOOL

  • Rien de plus simple !
  • Prenez RDV directement en ligne dans l’un de nos centres Alliance Laser®

Les sevrages proposés par Alliance Laser®

SEVRAGE NICOTINE

SEVRAGE ALCOOL

SEVRAGE CANNABIS

SEVRAGE COCAÏNE

SEVRAGE DROGUES

SEVRAGE SUCRE

Les centres Alliance Laser® en France & Suisse

Paris

Hakima / Feriel

78, Avenue des Champs-Élysées
75008 PARIS

Annecy

Régis CARRIÈRE

Centre Poézi Cabinet Paramédical
3 Avenue de la Mandallaz 74000 Annecy

Avignon

Florian / Stéphane

Médipôle bâtiment C
1139 chemin du Lavarin
84000 Avignon

Bayonne

Sonny SOLARO

22 Allée Marcel Suarès
64100 Bayonne

Bordeaux

Sonny SOLARO

92 bis Quai des Chartrons
33000 Bordeaux

Clermont-Ferrand

Jimmy BNC

147 Boulevard Lafayette
63100 Clermont-Ferrand

Genève

Régis CARRIÈRE

Centre Human4Human, Rue Pedro-Meylan 1
CH - 1208 Genève

Lausanne

Régis CARRIÈRE

Espace santé LAVIDA, 1er étage
Quartier Chauderon
Rue du Maupas 19, 1004 Lausanne

Lyon

Florian / Stéphane

12 Rue Molière
69006 Lyon

Marseille

Florian / Stéphane

Centre Nice Corniche
54 Rue Paul Codaccioni
13007 Marseille

Montpellier

Pierre FENON

5 Rue Castilhon
34000 Montpellier

Nice

Nabil NEDJAR

54 Rue Gioffredo
06000 Nice

Nîmes

Pierre FENON

1 Rue Rouget de Lisle
30000 Nîmes

Orléans

Hakima KONÉ

64, Rue du Faubourg Saint-Jean
45000 Orléans

Paris

Dotia KONÉ

78, Avenue des Champs-Élysées
75008 PARIS
Tous les mardis

Pontoise

Centre Alliance Laser

Espace Carnot 10, rue Carnot
95300 Pontoise

Rennes

Hakima KONÉ

58 Cours de la Vilaine
35510 Cesson Sévigné

Rouen

Dotia KONÉ

2-4 Rue Charles Cros
76000 ROUEN

Toulouse

Thérapeutes du groupe

34 Rue Pasteur Bâtiment D 1er Etage
31700 Blagnac

Les derniers articles

Idée reçue :  La chicha n’est pas dangereuse pour la santé

Idée reçue : La chicha n’est pas dangereuse pour la santé

Idée reçue : La chicha n’est pas dangereuse pour la santé

La chicha, également connue sous le nom de narguilé, est souvent perçue comme une alternative moins nocive au tabagisme traditionnel. Elle est également perçue comme une pratique sociale récréative et sans réelle danger pour la santé. SA consommation peut être régulière ou occasionnelle et attire une population de plus en plus jeune pour son côté « fun ». Pourtant, cette perception est loin de la réalité.

Qu’est ce que la MDMA ?

Qu’est ce que la MDMA ?

Qu’est ce que la MDMA ?

La MDMA, abréviation de 3,4-méthylènedioxy-N-méthylamphétamine, appartient à la famille des amphétamines et des substances psychostimulantes.
Elle est plus précisément classée comme une amphétamine entactogène, ce qui signifie qu’elle produit des effets empathogènes et stimulants, favorisant la sensation de connexion avec les autres et une augmentation de l’énergie et de l’euphorie.

Idée reçue : L’alcool est bon pour la santé !

Idée reçue : L’alcool est bon pour la santé !

Idée reçue : L’alcool est bon pour la santé !

Contrairement à l’idée répandue selon laquelle boire de l’alcool est bénéfique pour conserver une bonne santé, de nombreuses recherches démontrent que même une consommation légère d’alcool peut avoir des effets néfastes sur la santé au quotidien. Il est souvent d’usage de penser que consommer un verre d’alcool par jour éloigne les maladies ou que « l’alcool ça conserve » mais à l’inverse les risques sur la santé en consommant de l’alcool au quotidien sont bien réels.

Idée reçue : La cocaïne est une drogue utilisée uniquement par les riches ou les personnes aisées

Idée reçue : La cocaïne est une drogue utilisée uniquement par les riches ou les personnes aisées

Idée reçue : La cocaïne est une drogue utilisée uniquement par les riches ou les personnes aisées

L’idée reçue selon laquelle la cocaïne est uniquement consommée par les riches ou les personnes aisées est répandue, mais elle ne correspond plus tout à fait à la réalité. Si cela était souvent le cas dans les années 1980 et 1990, nous constatons, depuis le début des années 2000, que l’usage de la cocaïne s’est généralisé à d’autres milieux. En fait, la consommation de cocaïne touche des individus de divers milieux socio-économiques, et plusieurs indicateurs démontrent sa diffusion à travers différentes strates de la société.

Qu’est ce que le Binge Drinking ?

Qu’est ce que le Binge Drinking ?

Qu’est ce que le Binge Drinking ?

Le binge drinking est un comportement à risque qui consiste à consommer de grandes quantités d’alcool en un temps très court. Ce phénomène est de plus en plus répandu chez les jeunes et peut avoir de graves conséquences sur la santé et le comportement des personnes le pratiquant. La croissance d’utilisation des réseaux sociaux et des défis internet en fait une pratique « amusante » visant à faire le buzz et la chasse aux « likes ». Malgré ce côté « divertissant », ce phénomène est dangereux et peut déclencher de lourdes conséquences.

Dans cet article, nous allons explorer ce qu’est le binge drinking, ses effets sur la santé et le comportement, ainsi que les moyens de prévention.

prev
next
error: Content is protected !!
Retour en haut