Idée reçue : La Cocaine est une drogue utilisée uniquement par les riches

Idée reçue : La cocaïne est une drogue utilisée uniquement par les riches ou les personnes aisées

L’idée reçue selon laquelle la cocaïne est uniquement consommée par les riches ou les personnes aisées est répandue, mais elle ne correspond plus tout à fait à la réalité. Si cela était souvent le cas dans les années 1980 et 1990, nous constatons, depuis le début des années 2000, que l’usage de la cocaïne s’est généralisé à d’autres milieux.

 

En fait, la consommation de cocaïne touche des individus de divers milieux socio-économiques, et plusieurs indicateurs démontrent sa diffusion à travers différentes strates de la société.

Sevrage drogues dures avec Alliance Laser : Retrouvez votre liberté !

1,7% des 18-64 ans ont déjà consommé de la cocaïne

Tout d’abord, les statistiques révèlent que la consommation de cocaïne ne se limite pas aux seuls groupes socialement privilégiés. Selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), environ 1,7% de la population française âgée de 18 à 64 ans a expérimenté la cocaïne au moins une fois dans sa vie. Cette donnée met en évidence une utilisation répandue de la cocaïne à travers différents segments de la population, indépendamment du niveau de revenu.

 

Quelques chiffres pour mettre en évidence cette diversité : 8,7% des chômeurs ont expérimenté la cocaïne en 2017, ce sont 6,2% des professions intermédiaires et des ouvriers qui l’ont consommée cette même année. Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration sont également très concernés avec 10% de personnes qui avouent avoir fait usage de la cocaïne, 10% également pour les métiers de l’information et de la communication. Quant à l’univers des arts et du spectacle on atteint les 18%…

 

En outre, la disponibilité et l’accessibilité de la cocaïne ne sont pas exclusives aux milieux aisés. Bien que le prix de la cocaïne puisse être un facteur limitant pour certaines personnes, notamment celles en situation de précarité économique, il existe des formes de consommation partagées qui peuvent être moins coûteuses, telles que le partage de doses entre amis ou l’achat de petites quantités. De plus, des données indiquent que la cocaïne est souvent associée à d’autres drogues, comme le cannabis, témoignant de son utilisation dans des contextes variés.

Facilité, disponibilité et accessibilité de la cocaïne

Par ailleurs, la consommation de cocaïne parmi les jeunes est également préoccupante et dément l’idée reçue selon laquelle seuls les riches consomment cette drogue. Selon l’OFDT, les enquêtes régulières menées auprès des jeunes français montrent une augmentation de la prévalence de la consommation de cocaïne parmi les adolescents et les jeunes adultes. Cette tendance s’explique par divers facteurs, notamment l’influence des pairs, la disponibilité accrue de la drogue et la recherche de sensations fortes chez les jeunes.

 

En conclusion, l’idée reçue selon laquelle la cocaïne est exclusivement consommée par les riches ou les personnes aisées ne tient pas compte de la réalité complexe de la consommation de drogues.

 

Les données et les recherches indiquent que la cocaïne est utilisée par des individus de différents milieux socio-économiques et dans divers contextes. Il est donc essentiel d’adopter une approche nuancée et complète dans la compréhension et la prévention de la consommation de cocaïne, en tenant compte de ses multiples dimensions et de ses impacts sur la société.

PRENDRE RDV POUR UN SEVRAGE COCAINE

  • Rien de plus simple !
  • Prenez RDV directement en ligne dans l’un de nos centres Alliance Laser®

Les sevrages proposés par Alliance Laser®

SEVRAGE NICOTINE

SEVRAGE ALCOOL

SEVRAGE CANNABIS

SEVRAGE COCAÏNE

SEVRAGE DROGUES

SEVRAGE SUCRE

Les centres Alliance Laser® en France & Suisse

Paris

Hakima / Feriel

78, Avenue des Champs-Élysées
75008 PARIS

Annecy

Régis CARRIÈRE

Centre Poézi Cabinet Paramédical
3 Avenue de la Mandallaz 74000 Annecy

Avignon

Florian / Stéphane

Médipôle bâtiment C
1139 chemin du Lavarin
84000 Avignon

Bayonne

Sonny SOLARO

22 Allée Marcel Suarès
64100 Bayonne

Bordeaux

Sonny SOLARO

92 bis Quai des Chartrons
33000 Bordeaux

Clermont-Ferrand

Jimmy BNC

147 Boulevard Lafayette
63100 Clermont-Ferrand

Genève

Régis CARRIÈRE

Centre Human4Human, Rue Pedro-Meylan 1
CH - 1208 Genève

Grenoble

Florian / Stéphane

31 Bis Rue Colonel Bougault
38100 Grenoble

Lausanne

Régis CARRIÈRE

Espace santé LAVIDA, 1er étage
Quartier Chauderon
Rue du Maupas 19, 1004 Lausanne

Lyon

Florian / Stéphane

12 Rue Molière
69006 Lyon

Marseille

Florian / Stéphane

Centre Nice Corniche
54 Rue Paul Codaccioni
13007 Marseille

Montpellier

Pierre FENON

5 Rue Castilhon
34000 Montpellier

Nice

Nabil NEDJAR

54 Rue Gioffredo
06000 Nice

Nîmes

Pierre FENON

1 Rue Rouget de Lisle
30000 Nîmes

Orléans

Hakima KONÉ

64, Rue du Faubourg Saint-Jean
45000 Orléans

Paris

Dotia KONÉ

78, Avenue des Champs-Élysées
75008 PARIS
Tous les mardis

Pontoise

Centre Alliance Laser

Espace Carnot 10, rue Carnot
95300 Pontoise

Rennes

Hakima KONÉ

58 Cours de la Vilaine
35510 Cesson Sévigné

Rouen

Dotia KONÉ

2-4 Rue Charles Cros
76000 ROUEN

Toulouse

Thérapeutes du groupe

34 Rue Pasteur Bâtiment D 1er Etage
31700 Blagnac

Les derniers articles

Idée reçue :  Les risques du tabac sur la santé ne touchent pas les jeunes

Idée reçue : Les risques du tabac sur la santé ne touchent pas les jeunes

Idée reçue : Les risques du tabac sur la santé ne touchent pas les jeunes

Il est courant de croire que les risques du tabac sur la santé ne concernent que les personnes âgées ou les fumeurs de longue date. On pense à tort qu’une personne plus jeune qui vient donc de commencer à fumer ne court aucun risque concernant sa santé, sa consommation étant récente les effets sur son corps ne se feraient pas sentir ou ne seraient pas assez ancrés. Cependant, cette idée reçue est loin de la réalité. Les jeunes fumeurs sont également exposés à des risques significatifs pour leur santé et l’âge n’est pas une valeur sûre de santé face à la dépendance au tabac.

Les effets dangeureux d’une consommation excessive de MDMA

Les effets dangeureux d’une consommation excessive de MDMA

Les effets dangeureux d’une consommation excessive de MDMA

La MDMA est l’abréviation de 3,4-méthyléneDioxy-N-MéthylAmphétamine. Elle est dérivée en cristal de l’ecstasy et c’est une molécule psychostimulante qui appartient à la classe des amphétamines. Il s’agit d’une drogue synthétique prisée pour ses effets euphorisants, festifs, stimulants et déshynibants. Cependant, une consommation excessive de cette substance peut avoir des répercussions graves sur la santé physique et mentale, à court ou à long terme.
Dans cet article, nous explorerons les 10 effets les plus courants d’une consommation excessive de MDMA, leurs effets sur le corps et les risques encourus.

Idée reçue : Fumer en faible quantité ne représente absolument aucun risque

Idée reçue : Fumer en faible quantité ne représente absolument aucun risque

Idée reçue : Fumer en faible quantité ne représente absolument aucun risque

L’idée selon laquelle fumer en faible quantité ne présente aucun risque est malheureusement très répandue. On entend souvent des personnes justifiant leur dépendance par : « oui mais je n’en fume pas beaucoup », ou « mon paquet me fait la semaine ». Cependant, de nombreuses études et données scientifiques démontrent le contraire. Même une consommation modérée de tabac peut avoir des effets néfastes sur la santé que ce soit physique ou psychologique mais également à court ou long terme.

Peut on conduire après avoir consommé du CBD ?

Peut on conduire après avoir consommé du CBD ?

Peut on conduire après avoir consommé du CBD ?

Le CBD, ou cannabidiol, est une substance extraite du chanvre, une variété de cannabis. Contrairement au THC (tétrahydrocannabinol), le CBD n’a pas d’effet psychoactif et est souvent utilisé pour ses propriétés thérapeutiques. Cependant, la question de savoir si l’on peut conduire après avoir consommé du CBD reste complexe et mérite une attention particulière. Le fait de pouvoir en acheter et en consommer en toute légalité nous laisse penser que toutes nos actions de notre quotidien sous substance ne seront pas soumises à restriction. Nous allons voir dans cet article si cela est toujours le cas.

Idée reçue : Prendre du GHB GBL avec de l’alcool ce n’est pas grave : FAUX

Idée reçue : Prendre du GHB GBL avec de l’alcool ce n’est pas grave : FAUX

Idée reçue : Prendre du GHB GBL avec de l’alcool ce n’est pas grave : FAUX

L’idée reçue selon laquelle « prendre du GHB/GBL avec de l’alcool ce n’est pas grave » est une croyance dangereuse qui nécessite une clarification. Bien trop souvent consommés ensemble comme quelque chose de récréçatif et fun cela peut avoir des effets dangereux sur la santé du consommateur. Voici quatre contre-exemples argumentés pour déconstruire cette idée et mettre en lumière les risques associés à la combinaison de ces substances.

prev
next
error: Content is protected !!
Retour en haut